David Maurer - Evaluateur RSA - Voyage à Breckenridge Colorado, avril 2017

Portrait de Paul Ethier
David Maurer - Evaluateur RSA - Voyage à Breckenridge Colorado, avril 2017

 

#BRECKENRIDGE, #COLORADO, AVRIL 2017 

C'est l'appel de la poudreuse qui a poussé mon ami Duff et moi à se diriger au Colorado sur un coup de tête en avril 2017. En regardant les prévisions météo un certain jeudi, on voyait qu’un système assez important risquait d’enneiger considérablement le Colorado pour lundi, mardi et mercredi suivant. On trouvait que ça semblait prometteur comme endroit pour nos vacances de ski, nous étions donc dans l’avion samedi matin, à peine deux jours plus tard!

Après s’être familiarisé avec le ski au Colorado le dimanche à Arapahoe Basin, c’est à Breckenridge qu’on a décidé de passer 3 jours dans ce qui semblait être l’épicentre de la tempête convoitée… Pas négligeable comme station avec 2908 acres de terrain dont 1061 acres de ski dans divers bols enneigés, 187 pistes nommées à travers 5 ‘’peaks’’ principaux, sans compter un dénivelé de 1036 mètres, on savait donc qu’on n’aurait certainement pas le temps de s’ennuyer ici en 3 jours!

À vrai dire, on ne savait pas qu’on skierait ici pendant trois jours, mais en bout de ligne, on n’a pas été déçus! Dans le coin de Summit County au Colorado, les options de stations de ski ne manquent pas. Ce sont les rapports de chutes de neige consultés chaque matin qui nous ont amenés à Breckenridge trois jours d’affilés! J’ai mentionné que l’appel de la poudreuse nous avait attiré ici, non?

C’est donc lors d’un lundi avec 8 à 15 cm de neige fraîche à la base de la station qu’on a commencé à découvrir cette station aux proportions gigantesques. Inutile de vous mentionner que s’il y avait cette quantité de neige à la base, le total au sommet se devait d’être vraiment intéressant! Assez pour que la patrouille doive faire du contrôle d’avalanches avant d’ouvrir les bols des différents sommets….

Sous un ciel partiellement ennuagé, on regardait cet énorme centre de ski en se disant ‘’mais par où on commence?’’. Décision prise, on monte sous le ‘’Peak 7’’ dans la chaise ‘’Independance’’ dans le but de se diriger directement vers les champs de neige du ‘’Peak 6’’. Pour s’y rendre, on a débuté dans les sous-bois de neige vierge de ‘’Ore Bucket’’. On a eu bien du plaisir à tracer cette nouvelle neige sur les multiples vallons à travers les arbres distancés… Jusqu’à ce qu’on se retrouve à longer une corde qui délimite le bas de ce sous-bois avec un grand terrain privé interdit au ski, le seul territoire de ce genre à l’intérieur du terrain skiable de la station!

On a donc pu enfin se rendre à la ‘’Kensho Super Chair’’ pour monter vers le ‘’Peak 6’’, notre but initial. Pour avoir accès aux bols de ce secteur, vous devrez monter à pieds une fois débarqué de la remontée mécanique. Si vous grimpez, prenez le temps de bien respirer, vous êtes à plus de 12 000 pieds d’altitude, l’oxygène se fait plus rare! Rendu au sommet de la chaise, notre première déception, le sentier de marche vers le haut du ‘’Peak 6’’ est fermé pour contrôle d’avalanche dans ce secteur. Une bonne et une mauvaise nouvelle! On se lance donc dans les champs de neige pas trop loin de la remontée dans une neige poudreuse sur fond crouté par le soleil du mois d’avril, bien plaisant mais en restant un peu sur ses gardes. Dans le but de se diriger vers ‘’Peak 8’’, je dois vous avouer que j’ai trouvé le retour du ‘’Peak 6’’ vers la base de ‘’Peak 7’’ un peu ennuyante, la carte des pistes qualifiant une piste intermédiaire qui me semblait plutôt une longue piste débutante… qui se présentait au moins avec d’excellentes conditions de neige.

On a ensuite pu découvrir le ‘’Horseshoe Bowl’’, comme le sommet de ‘’Peak 8’’ n’était également pas encore ouvert au public pour permettre le travail de sécurisation des pentes par la patrouille. Quel beau secteur ce bol que nous avons exploité les trois jours de notre visite étant très facile d’accès par le ‘’T-Bar’’ et offrant des belles descentes abruptes et bien poudreuses…

Mais dès qu’on a vu que la chaise ‘’#Imperial Express’’ qui mène au sommet fût ouverte, la chaise la plus haute en altitude en Amérique du Nord, on a fait comme les autres, on s’y est précipité!

On a débuté en se dirigeant vers ‘’Peak 7’’ dans le bol de ‘’Whale’s tail’’ pour finir dans le coin de la piste ‘’Vertigo’’. Un nuage tout ce secteur. Aucun arbre mature, nulle part. De la neige à perte de vue avec différents aspects, donc selon le soleil ou les vents, vous pouvez traverser selon vos goûts pour trouver une neige plus attrayante que sur d’autres lignes de ce secteur. Ça vaut certainement le détour et un peu d’exploration, croyez-moi!

Ensuite, c’est la marche vers le sommet de ‘’Peak 8’’ qu’on voulait découvrir, étant maintenant ouverte. Encore ici, vous commencez votre montée à pieds à une altitude de 3914 mètres (12 840 pieds), la rareté relative d’oxygène sera évidente lors de votre effort. La montée en haut de cette chaise n’est pas si longue, mais demande qu’on l’utilise dans le respect des éléments. Rendu au sommet par contre, le terrain vous offrira la récompense recherchée…. Wow!

 

C’est une fois rendu au sommet qu’on a hésité à se lancer vers la neige complètement vierge de ‘’9 lives’’, mais on a décidé d’aller explorer un peu plus loin vers un terrain très abrupte et technique dans le secteur ‘’Lake Chutes’’. Duff a eu une bonne descente de poudreuse en ayant les allures d’une chèvre de montagne sur l’adrénaline en se faufilant entre les rochers de ‘’Lake Chutes’’ et de ‘’Zoot Chute’’. De mon côté, je me suis lancé vers la section la plus abrupte des ‘’Lake Chutes’’, ce qui s’est avéré une… mauvaise idée. Après avoir sauté la corniche de neige au sommet, je me suis retrouvé en ski de survie sur un mur de glace recouvert d’une mince couche de neige… Soudainement l’objectif n’était plus de s’amuser mais plutôt de tout faire pour ne pas débouler jusqu’en bas de ce bol! Disons que ça aurait pu mal virer, assez surprenant comment quelques mètres de plus ou de moins à traverser une même pente peuvent complètement changer l’aspect et le plaisir de notre descente…

On est donc retourné immédiatement à ce secteur pour faire ‘’9 lives’’ qui était encore bien poudreuse, descente qu’on a tous les deux adorés alors que le soleil nous montrait le droit chemin! Beaucoup de plaisir jusqu’au bas de ‘’6-chair’’, que nous avons empruntés pour nous aider à remonter encore en haut de ‘’Peak 8’’.

Cette fois, c’était pour traverser et monter à pieds vers le sommet de ‘’Peak 7’’. On a skié près du secteur ‘’The Dunes’’, secteur très exposé au vent qui se fait priver de sa neige par endroits, ou qui accumule de bonnes quantités de neige ailleurs selon l’aspect! Une longue descente quand même plaisante avec un degré de pente assez constant qui nous a ramené vers la chaise du ‘’Peak 6’’, dont le sommet était notre objectif initial de la journée.

 

Ce dernier sommet maintenant ouvert, on a pu faire une autre montée à pieds vers le secteur que je crois être la piste ‘’Felicity’’, peut-être même un peu plus loin. Une excellente descente entourée de quelques rochers et de terrain convexe qui ne nous permettait pas de voir entièrement notre itinéraire, sachant d’ailleurs qu’il y avait des rochers et petites falaises vers le bas du secteur. Ce fut absolument merveilleux, le terrain offrait un défi généreux et la poudreuse ici était beaucoup plus profonde que les 8 à 15 cm annoncés à la base…. Du gros fun brut!

C’est alors qu’on est retournés vers ‘’Horseshoe Bowl’’ accompagnés d’un skieur local qui s’est joint à nous en bas de ‘’Felicity’’ pour terminer notre première journée. Rendu à 15 :30, on voulait bien remonter une autre fois avec lui, mais on a jugé qu’il serait sage de garder de l’énergie pour les deux jours suivants qui s’annoncent plus poudreuses…. Donc direction après-ski au pied des pentes à la base du ‘’Peak 8’’, sous le soleil et une vue incroyable sur Breckenridge!

Quelle excellente décision de se garder des jambes, le soleil de lundi après-midi a rapidement fait place aux nuages qui ont crachés un autre 10-20 cm de neige à la base le mardi matin, sans oublier que la quantité de neige augmentait à vue d’œil avec l’altitude, et qu’il neigeait encore fort à ce moment… Dans de telles conditions, tous les bols au sommet étaient fermés et sont resté fermés toute la journée pour possibilité d’avalanche, mais aussi pour visibilité complètement nulle. On n’a pas eu le choix de skier près des arbres pour avoir des repères en piste en ce mardi de poudreuse…. Et la neige a continué de tomber très fort presque toute la journée de ski, et la soirée aussi…

On a donc eu un mardi de poudreuse profonde vraiment plaisant en jouant dans les arbres, sans pouvoir aller dans les bols. Le seul secteur en bol qui a ouvert était ‘’Horseshoe Bowl’’, et bien que la visibilité était difficile dans ce secteur, on y a trouvé des virages très euphoriques!

Le goût de découverte nous a ensuite envoyé vers ‘’6-chair’’. Du terrain coté difficile avec de larges pistes parsemées d’arbres, d’une multitude de bosses et de quelques couloirs entre les arbres. Sans être trop extrême, ce terrain est joueur et offre la possibilité de faire plusieurs descentes plaisantes sans trop d’efforts pour s’y rendre.

On a ensuite découvert le coin de ‘’E-chair’’, chaise qui offre un terrain presque exclusif aux experts. Degré de pente avancé, bosses sans fin, couloirs, arbres parsemés, sous-bois, vous trouverez de tout sauf des pentes damées ici. Le temps nous a manqué pour mieux exploité ce secteur, mais ne nous a pas laissé indifférents…. Quel beau terrain de jeu! Lors de tempêtes que le vent souffle généralement vers le Nord, n’oubliez surtout pas de visiter ‘’E-chair’’…

Notre prochain objectif du jour était de skier dans les sous-bois sous le ‘’Peak 10’’, avec la chaise ‘’Falcon Super chair’’. Cette chaise ne pardonne pas aux débutants et n’offre que du terrain avancé ou expert. Mais c’est parfait lors de tempêtes de neige, les arbres nous aident à bien comprendre les subtilités du terrain lors de visibilité faible…. On a donc eu beaucoup de plaisir à dévaler le coin abrupt de ‘’Mustang’’ et de ‘’Blackhawk’’, même si l’on a réalisé que le retour vers la chaise comportait une longue partie de ski de fond avec le retour très plat de ‘’Flapjack’’. Ce long retour ne vous donnera aucun plaisir si la neige est collante ou ne glisse pas bien…

Sinon, vous pouvez éviter ce long faux-plat en allant plutôt du côté du très large sous-bois ‘’The Burn’’ où les possibilités de descente sont presque infinies, vraiment plaisantes, et le retour à la remontée se fait en douceur!

Petit coin secret du secteur de ‘’Falcon Super Chair’’ pour ceux qui aiment explorer les endroits peu fréquentés, les quelques boisés vers le bas de la montagne autour des pistes ‘’Bronc’’ et ‘’Doublejack’’ semblent être un paradis de poudreuse entre des arbres bien espacés et oublié par la masse…

Un retour ensuite vers ‘’6-chair’’ pour finir notre journée en altitude et en pleine tempête avec de la neige jusqu’aux genoux… la visibilité était difficile, l’humidité était à son comble, mais le plaisir l’était aussi… Wow, que de poudreuse profonde dans ce secteur en fin de journée! La table était mise pour une journée incroyable le lendemain, ayant de la misère à voir devant nous lors de la dernière remontée de la journée, deux chaises avant que la patrouille ne la ferme pour le ‘’sweep’’! C’est alors l’heure de célébrer à l’après-ski, bien manger et relaxer nos muscles au spa avant la prochaine journée qui s’annonce épique…

À notre réveil mercredi matin, on regarde par la fenêtre de l’hôtel pour s’émerveiller devant un ciel complètement bleu dans les airs et de la neige fraîche partout au sol… Ça semble être bien parti pour être la journée qui justifie amplement le voyage de dernière minute… Même si la journée de tempête mardi nous a fait lancer des cris de joie sans arrêt dans la neige profonde et légère! Conseil voyage ici, assurez-vous toujours que votre voiture de location ait un balais à neige à l’intérieur…

Une fois débarqué de la télécabine qui relie le stationnement payant et la base du ‘’Peak 7’’, on s’est fait informer par un guide-hôte que tous les bols au sommet étaient fermés pour l’instant, la tempête ayant balayer la montagne de forts vents et laissé environs 50 à 60 cm de neige fraîche! Oh Yeah! Alors ce guide nous fait part de la rumeur disant que ‘’Horseshoe Bowl’’ allait ouvrir sous peu…. Devinez vers quel T-Bar nous sommes allés en passant par un boisé de poudreuse ensoleillée!

Après ces bons virages poudreux entre les arbres pour se rendre au ‘’T-Bar’’, on s’est buté à une foule de gens qui attendaient déjà l’ouverture de cette remontée. Je n’avais pas envie d’interrompre l’euphorie de skier dans la poudreuse vierge sans arrêt et ultimement prendre la remontée mécanique pour revenir directement à cette même file d’attente, mais Duff a voulu prendre le pari que ce ‘’T-Bar’’ allait ouvrir incessamment et notre patience serait récompensée en offrant de la poudreuse profonde sous le soleil…. Quel bon pari! Une attente tolérable nous a permis de skier l’ouverture de 4 secteurs vierges différents les uns à la suite de l’autre, soit ‘’Horseshoe Bowl’’, ‘’Imperial Bowl’’, ‘’Peak 7 Bowl’’ suivi d’une autre remontée vers ‘’Art’s Bowl’’. Je vous épargne les détails sur le nombre de fois qu’on a crié d’extase dans ces descentes…

Notre large sourire banane au visage nous a ensuite amené dans la zone très venteuse du ‘’Beyond Bowl’’ en haut de ‘’Peak 6’’. Ici, lors de la montée à pieds, on a un peu perdu notre sourire à cause du froid et du vent intense qui nous gelait chaque grain de peau exposé aux forces de la nature. Une fois qu’on a choisi le secteur du bol qu’on voulait skier, le vent a tourné et s’est mis à balayer la neige du sommet vers l’aval de notre descente. Comme nous étions en haut d’une corniche, la neige transportée nous bloquait complètement toute vue sur notre ligne, de sorte que l’on devait sauter en bas de la corniche sans avoir la perception de bien évaluer la hauteur de notre saut et où on allait atterrir… On a chacun prit un bon respire et tout s’est bien passé dans la poudreuse après s’être élancés plus ou moins dans le vide!

 

Le reste de la journée s’est passé à continuer nos découvertes en jouant dans le secteur du ‘’Colorado Super Chair’’, de ‘’6-chair’’ et de la montée à pieds en haut de ‘’Peak 8’’. Je résumerais le tout simplement avec les mots soleil, sourires, poudreuse, profonde. Ça n’en prend pas plus!

 

En somme, ce fut un excellent 3 jours d’exploration et de plaisir passés à Breckenridge, Colorado. Il faut mentionner que les prix des billets de ski ici sont beaucoup plus chers que les prix qu’on connaît au Québec. Par contre, vous en avez beaucoup plus à vous mettre sous la dent! Une station de classe mondiale qui offre des remontées mécaniques modernes, des infrastructures de qualité éparpillés un peu partout dans la montagne ainsi qu’en bas des pentes, des pistes bien entretenues et un service amical et souriant de la part des employés. Sans oublier le charmant village historique de Breckenridge qui vaut la peine de visiter et dans lequel vous trouverez tout ce que vous avez besoin et peut-être même plus! Bref, j’ai adoré mon séjour à cette montagne et je la recommande, cette station est énorme et vous en mettra plein la vue, c’est garanti!

- David Maurer pour RSA

#NeigeProfonde #Powder #NeigeFolle #BelleNeige #ExcellenteConditions #VoyageDeDernièreMinute #VoyagesDeSki #ShiCast

Événements: