David Maurer, chercheur de poudreuse à ARAPAHOE BASIN, COLORADO, AVRIL 2017

Portrait de Paul Ethier
David Maurer, chercheur de poudreuse à ARAPAHOE BASIN, COLORADO, AVRIL 2017


C’est avec une décision de dernière minute qu’on s’est retrouvé au Colorado, mon ami Duff et moi, en avril 2017.     

                             

Dans l’a...vion, on ne savait toujours pas quelles stations on allait visiter, notre itinéraire, nos hôtels, la logistique, bref… voyage vraiment de dernière minute. La seule chose qu’on savait était que les prévisions météo semblaient très propices à nous offrir beaucoup de poudreuse pendant notre séjour, ce qui était assez pour acheter les billets d’avion! C’est en attendant notre transfert de vols à Newark qu’on a décidé de se rendre à Arapahoe Basin le lendemain matin, ce qui sera donc notre initiation de ski au Colorado. Situé à environs 1 :45 de temps de route à partir de l’aéroport de Denver, c’était un choix logique pour débuter le voyage… Ainsi que pour terminer notre séjour, étant revenu à notre dernière journée de ski pour mieux découvrir cette station avant de prendre l’avion en soirée!

 

À l’aéroport, Duff ne connaissait rien d’Arapahoe Basin, à peine le nom! De mon côté, j’avais étudié la carte des pistes à quelques reprises, sans plus, donc j’avais compris que cette station offrait du terrain varié et particulièrement intense par endroit, à qui veut bien s’y rendre! Avec des images comme celles du secteur ‘’East Wall’’, ça n’en prenait pas plus pour convaincre mon ami Duff!

 

 

 

La route qui nous mène à la station est magnifique et nous fait rêver de possibilités infinies de ski hors-piste. Mais lorsqu’on jette l’œil sur A-Basin pour la première fois, l’expression ‘’wow’’ nous vient immédiatement en tête, suivi d’excitation, et ensuite d’un peu de stress avec l’apparence d’une très forte inclinaison et difficulté du terrain skiable…

Mais comme partout, il y en a pour tous les goûts. Le débutant trouvera des pistes sinueuses et nivelées qui seront adaptées à son calibre. L’intermédiaire s’amusera avec de longues pistes damées et quelques incursions dans les grands bols de neige non damée. Les skieurs ou planchistes expérimentés risqueront de porter beaucoup d’attention aux 3 secteurs experts principaux, soit le coin de la remontée ‘’Pallavicini’’, le ‘’Montezuma Bowl’’, ou le fameux ‘’East Wall’’.

Image may contain: sky, snow, mountain, tree, outdoor and nature

Alors, une fois notre billet de ski acheté, on s’est dirigé directement vers la remontée ‘’Pallavicini’’. Une chaise sans aucune barre de sécurité, on est donc resté bien tranquille tout en admirant le terrain skiable de ce secteur très abrupt lors de notre première montée. Bienvenu au Colorado!

Parlant de bienvenu, c’est dans ce secteur que notre première descente nous a fait réaliser que l’oxygène se fait plus rare quand on se trouve entre +/- 11 000 et 13 000 pieds d’altitude! Le souffle se fait court! N’empêche que la difficulté du secteur ‘’Pallavicini’’ amène un pouls rapide à lui seul. Roches à éviter au sol à travers les champ de bosses, sous-bois avec arbres parsemés mais plus souvent avec des arbres assez dense entre eux, rochers ou caps à sauter un peu partout en option, descentes abruptes et constantes, y’a vraiment matière à manquer d’air par ici! Tout ce secteur est exigeant, que ce soit près de la remontée ou plutôt aux abords de la limite de la zone skiable.

Par rapport à cette limite de zone skiable, comme si ce n’était pas assez dans ce secteur, je me dois de mentionner que des nouveautés se présentent pour la saison 2017-18 ainsi qu’en 2018-19! Pour 2017-18, les 129 acres nommés ‘’The Steep Gullies’’ feront partie intégrante du secteur ‘’Pallavicini’’, moyennant un retour avec une bonne marche à pied vers la remontée par la suite. Pour avoir vu ce secteur, on parle de terrain assez engageant qui vaudra le détour lorsque les conditions seront favorables et assez sécuritaires! Plus haut, le secteur ‘’The Beavers’’ fera également parti des nouveautés avec 339 acres skiables additionnels, en plus de la grosse surprise qui sera en 2018-19 avec une nouvelle chaise quadruple qui facilitera les déplacements à travers cette zone ajoutée! Avis aux intéressés!

 

Image may contain: tree, sky, outdoor and nature

Avec toute cette excitation, on n’a pas encore mis l’œil sur le ‘’Montezuma Bowl’’ de l’autre côté de la montagne. Ce bol est 100% desservi par une chaise quadruple menant à son sommet et n’offre aucune piste facile et seulement quelques options intermédiaires. C’est plutôt un terrain très varié dans un bol dont les descentes pointent vers différents points cardinaux, ce qui peut être très intéressant pour suivre le soleil sur les pistes à travers la journée, ou l’éviter! Ici, vous pourrez passer par la ‘’Zuma Cornice’’ pour vous envoler et atterrir dans un bol expert rempli d’obstacles… Glissez plutôt par la ‘’Mountain Goat Traverse’’ pour vous mener vers de larges sous-bois peuplés d’arbres matures… Sinon descendez près de la remontée pour dévaler en vitesse sur la neige en corduroy damé et optez pour les sous-bois accidentés ensuite si vous le désirez…. Vous pouvez vous aventurer plus bas que la remontée pour avoir des premières traces dans la neige fraîche, mais vous devrez suer et grimper pour retrouver la base de cette remontée mécanique par la suite! Bref, Montezuma peut vous divertir longtemps!

Par contre, c’est le ‘’East Wall’’ qui nous a vraiment interpellé et fait de l’effet à cette station. Pour skier sur ce mur, vous devrez d’abord monter à pieds par une des trois routes d’ascension officielles. On n’oublie pas le facteur de rareté d’oxygène pour agrémenter notre randonnée! Le premier secteur visité se nomme ‘’North Pole’’ et est le plus populaire et facile d’accès à mon avis. C’était celui dont la neige était la plus tracée, mais aussi celui qui nous offrait un couloir assez impressionnant! C’est d’abord dans ‘’First Notch’’ qu’on s’est élancés pour y laisser nos traces dans un couloir en forme de sablier, assez large en haut, étroit entre les rochers au milieu, et qui s’élargit tranquillement ensuite vers l’aval. Disons qu’on avait un sourire généreux étampé sur notre visage après cette descente!

 

On a donc enchaîné vers une montée à pieds très abrupte et exigeante, ‘’Willie’s Wide Staircase’’. Plusieurs choix de descentes s’offrent à vous une fois l’ascension réussie, mais Duff et moi avons choisi de rester près de la ligne de montée pour s’amuser dans une neige vierge qui épouse et contourne les rochers du secteur. Excellent pari, ce fut de loin notre meilleure descente ici, nous étions fous de joie rendus en bas de cette ligne!

 

L’esprit de découverte faisait en sorte qu’on devait ensuite s’aventurer vers la troisième montée officielle près des ‘’Tree Chutes’’ pour nous rendre éventuellement à la ‘’South Y Chute’’. Une autre montée très éprouvante, surtout lorsqu’on se retrouve plus haut que les ‘’Tree Chutes’’. C’est ici qu’on a parfois dû se stabiliser en montée en se tenant avec nos deux mains sur les rochers autour de nous! Rendus assez haut pour se rendre à notre objectif, la suite n’était guère mieux où une traverse au-dessus d’innombrables roches en forme de dent de requin nous attendaient plus bas si on faisait la moindre erreur de parcours… Heureusement, une fois arrivé dans la piste convoitée de ‘’South Y Chute’’, les difficultés pour s’y rendre s’oubliaient rapidement en voyant le plaisir qui nous attendait dans ce vaste couloir ensoleillé et rempli de poudreuse!

Mais en me rappelant toutes ces descentes éprouvantes, j’oublie de penser aussi à l’atmosphère relaxe et conviviale qu’on retrouve à cette station. Les gens sont souriants, n’hésitent pas à discuter avec des inconnus, et aiment faire la fête en bas des pistes! On a rencontré des locaux vraiment sympathiques qui nous ont gentiment aidés à trouver comment se rendre au ‘’South Y Chute’’ et qu’on a donc rejoints ensuite au bar pour l’après-ski… On a vu toute l’action qui se passe au bas des pentes dans le stationnement près des pentes qu’ils surnomment ‘’The Beach’’… Une masse de gens dans une ambiance de ‘’tailgate party’’ avec des abris, des BBQ, de la musique, plein d’alcool qui coule à flot, des jeux, bronzage, bref, un bon party au bas des pistes tout au long de la journée!

C’est donc avec un sourire généreux que je me revois à Arapahoe Basin en avril dernier en train de découvrir la culture du ski au Colorado et tous ses bienfaits! J’ai adoré cette montagne qui vous fera suer pour atteindre les pistes spectaculaires qu’elle a à offrir, et vous en mettra plein la vue à travers ses 960 acres de terrain skiable, qui deviendront 1428 acres en 2018 avec l’expansion prévue. Avec son accessibilité à partir de Denver, ses billets journaliers à prix raisonnable, son terrain légendaire et son ambiance de fête, c’est sans hésiter que je peux vous garantir que cette station vaut vraiment la peine d’être visitée et qu’elle ne vous laissera pas indifférents!

-David Maurer pour RSA

 

Événements: